tenir courant

tenir courant

continuum de la résidence de recherche-création menée au brésil, en novembre-décembre 2017.

matière 

cette résidence a signé la dimension environnementale de ma pratique 〉 de là, mon projet de recherche-création active des techniques conceptuelles et physiques pour penser et soutenir la vitalité des relations entre vivants humains⋅plus qu’humains, relançant les courants écologiques des trois ateliers d’écritures exploratoires, du mémoire de maitrise, ainsi que des éléments-phares des textes, résidences et formations réalisés vers l’amont.

oeuvre en cours, tous les jours

activation de l’objet·texte conçu en résidence, formé d’un « handsurf » — planche à main utilisée par les surfeur.euses pour se diriger dans les vagues —, ouvragé dans une retaille de bois d’anarcardier par un artiste local nommé wagner, accompagné d’un texte de mon cru en cours d’édition.

créé sur le principe de spéculation concrète, ce duo canalise mon expérience de résidence et porte les lignes cristallines du projet 〈 tenir courant 〉.

“ c’est parce qu’il n’agit pas contre, mais pour ouvrir de nouvelles possibilités d’actions, que le geste … peut être qualifié de « spéculatif » ”. c’est parce qu’il est aussi soutenu par une volonté d’actualisation qu’il se double d’une motion concrète.

acte de situation — mars 2018                

continuer dans mon milieu de vie le mouvement amorcé au brésil.

cet ailleurs m’a rapproché de ce que je n’aurait pu · entendre · écouter · faire · autrement.

from my white privileges, tu fais bien de me le rappeler.

mais il faut bien commencer quelque part pour contribuer à faire passer cette affliction expansionniste et appropriative qui dépossède, divise et dévitalise les vivants, insidieusement active sous diverses allures et échelles territoriales, pulsant jusqu’au plus profond de l’intimité individuelle, donc collective.

savoir tenir.

dans la modulation des courants, alternatifs, continus, salins comme alcalins.

me pratiquer à l’écoute en mouvement. m’éditer.

à mon corps résonant.

mars 2020 — je poursuis mon engagement

juin 2021 — je l’avive

    〈 la fuite n’est pas une solution 〉

sous inspiration

du deep listening 〉 conception et pratique créative de l’écoute, forme d’art sonore largement initié et soutenu par pauline oliveiros, conviant un apprentissage en acte, par un jeu sensible attentif aux sonorités et mouvements des individus en relation avec ceux de l’environnant.

du concept de résonance, alimenté sous plusieurs angles de pensée, dont celle véhiculée dans l’ouvrage resonance: a sociology of our relationship to the world, de harmut rosa. 

de la samba de gafieira, danse en duo à la dynamique subtile et complexe, que je pratique et explore en recherche • du pandeiro, petit tambour brésilien que j’apprends et joue dans le même esprit, en petite communauté.